Newsletter n°24, novembre 2009

 

Newsletter n°24, novembre 2009

 

Soirée rencontre autour d'un thème : Quelle est donc la méthode Google ?
Création de l'Atelier des Objets Communicants
Gouvernance des projets open source et licences logicielles
Attention, requins en vue autour de l'internet des objet
Google, une entreprise sans concurrents ?
Atelier TOIP : l'IMS
Innovation parmi les acteurs de l'offre en télécommunications
Conférence Web, en direct sur Internet
Eurocloud remporte un grand succès auprès des acteurs européens du SaaS et du Cloud computing !
Rencontres Internationales du Numérique
Solutions collaboratives et développement durable
Petits mouvements d'humeur ...

Agenda

 

Soirée rencontre autour d'un thème : Quelle est donc la méthode Google ?

Je vous l'annonçais le mois dernier, notre premier dîner débat a bien eu lieu, autour de Google, animé par François Druel. C'est une formule que nous renouvellerons, complémentaire de nos événements, petits et grands, parce que très conviviale, limité à seulement une trentaine de personnes. Cela facilite les contacts, et permet d'approfondir un thème par le débat.

La diversité des formes d'animation que nous proposons doit rester une valeur de Forum ATENA. Toujours dans la diversité, nos publications, cette newsletter, des livres, sous forme papier ou électroniques, des lexiques, toutes les formes sont intéressantes pour porter l'information sur les TIC.

Encore dans la diversité, cette fois des thèmes, la création d'un nouvel atelier "Objets Communicants", en symbiose avec le formidable événement de notre atelier Sécurité "Quel futur pour Internet" en live avec les créateurs de l'Internet, de part et d'autres de l'atlantique, et en diffusion simultanée et interactive avec Bordeaux, Lyon, Rennes, Sophia Antipolis, Toulouse, ce sera aussi un peu notre Forum ATENA du futur, avec la création d'antennes régionales.

Diversité, cohérence, innovation, vos encouragements nous soutiennent, vos adhésions aussi.

Bonne lecture

Philippe Recouppé
Président de Forum ATENA

 

Création de l'Atelier des Objets Communicants

Des compétences pour un marché
Le marché des « objets communicants » est prometteur mais délicat à appréhender de par sa dimension innovante, techniquement tout autant que par les fonctionnalités, les usages, l’ergonomie ou les interfaces. 
Si, dans le sillage de l’internet des objets, certaines applications naîtront aisément et se diffuseront sans résistance, il faudra pour une grande partie de ces futurs produits faire œuvre d’une inventivité multidisciplinaire. L’atelier se conçoit donc d’abord comme un carrefour d’où pourront partir des pistes industrielles : y faire rencontrer et se compléter des entrepreneurs, inventeurs, utilisateurs, conseils, stylistes et designers, ergonomes, chercheurs, sociologues des usages, juristes … et le public qui sera l’arbitre final des normes d’emploi ou de tolérance. 

Industriels  Utilisateurs

Conseils     Scientifiques

Des technologies pour des marchés
L’expression « marché » mise au singulier est en soi un raccourci simplificateur car il pourra s’agir d’une multitude de segments, répondant à autant d’approches particulières, depuis l’objet préexistant devenu communicant par ajout de composants, jusqu’à celui créé ex nihilo autour ou tout au moins grâce à sa fonction communicante. Ce pourra être des objets fixes, déplaçables ou encore mobiles, situés à la maison, au bureau et en entreprise, dans l’intelligence ambiante (aéroport, agora, etc) ou dans la nature (tels que par des capteurs disséminés). Ce pourra être des objets aux ressources rares (RFIds, NFC, etc) ou inversement de véritables petites machines informatiques (applications médicales, dans les transports, etc). Ces objets seront dotés ou non d’un support de communication propre (connexion à un réseau Wi-Fi, GPRS, WiMAX, réseau ad hoc, réseau de capteurs industriels, réseau RFIds utilisant EPC Global, etc).
Objet « communicant » donc, mais aussi selon les besoins : pensant, sensitif, adaptatif, anticipatif, coopératif, auto-protecteur ou auto-réparateur, reconfigurable. Leur degré d’autonomie ou de modularité pourra faire l’objet d’ajustements originaux, au sein éventuellement de systèmes multi-agents.

Un lieu pour des échanges et présentations
L’atelier abordera alternativement l’ensemble des facettes du sujet :

  • Les créneaux émergeants ;
  • Les acteurs pionniers, leur positionnement, leur stratégie d’évangélisation ;
  • L’état de l’art et les  solutions technologiques en gestation dans les laboratoires (nouveaux protocoles, nouveaux composants, etc.) ;
  • Les « applications déclencheuses », aptes à créer des engouements, des phénomènes d’adhésion à un produit, un service, un usage, un comportement social ;
  • Les freins collectifs ou individuels : transformer les contraintes sociales ou ergonomiques en solutions ;
  • Les modèles économiques : comment rentabiliser ce qui relève fréquemment aux yeux des consommateurs de simples services induits, naturellement liés à l’objet acheté et déjà payé ?
  • Le respect des consommateurs, de leur intégrité physique, juridique ou numérique : la sécurité, le droit à l’intimité ou à l’anonymat, la gestion des données sensibles, appellent une vigilance et l’édiction de référents ou de normes techniques. Ce point sera d’autant plus crucial que les victimes potentielles pourraient n’être ni l’acheteur ni l’utilisateur immédiat de ces technologies, mais des personnes touchées par simple effet de voisinage. Il ne naîtra d’usages et de marchés que pour des objets communicants capables de rassurer le client autant que son prescripteur.
  • Le respect de l’environnement, avec la prise en compte du cycle de vie complet des objets communicants. Jetables ou non, qu’ils soient dispersés dans la nature, incrustés ou étiquetés sur des produits manufacturés, beaucoup contiendront des composants nocifs tels que de l’arsenic ou du lithium, pour fournir l’énergie, ou dans la partie communicante telle qu’une antenne, dans leurs circuits intégrés. Le frein mis au développement des RFID aux Etats-Unis est symptomatique d’une mauvaise prise en compte des risques induits tant pour l’environnement que, en retour, pour une technologie donnée.

 

Philippe Laurier
Président de l'atelier Objets Communicants
laurier(at)telecom-paristech.fr

 

Gouvernance des projets open source et licences logicielles 

Le 7 décembre, de 18 h à 20 h, à Telecom ParisTech, l'atelier Logiciel Libre organisera une conférence sur les projets open source et licences logicielles.

Jean-Marie Gouarné de Ars Aperta y parlera des projets libres et de leur relation avec les licences logicielles.

 

Bruno Annic, DSI de TDF évoquera l'implantation ancienne du logiciel libre dans le système d'information et des enseignements que permet ce recul de l'expérience.

Le déploiement de la solution de Black Duck au sein d'Alcatel Lucent sera également évoquée.
M. Ruffin interviendra sur l'utilisation de système d'analyse de code et de licences en interne chez Alcatel Lucent.

Les projets libres ne seront pas en reste: Sophie Gautier, responsable du projet francophone d'OpenOffice.org viendra témoigner de la réalité passionante d'un grand projet en logiciel libre et de sa gouvernance, et Jean-Paul Pruhlière nous fera part d'un projet né au coeur des milieux de la recherche et de l'industrie, "MOSART".

S'inscrire

 

Attention, requins en vue autour de l'internet des objets

La Commission Européenne a mis en cause les prétentions de Standard & Poor's, qui veut imposer aux européens des droits d'usage des identifiants ISIN (International Securities Identification Numbers). A lire ICI

Mais personne n'a pour l'instant contesté l'abus de monopole de l'ICANN sur les droits d'usage des noms de domaine de l'internet. Il ne serait donc pas surprenant que l'ICANN prétende aussi prélever des droits sur les identifiants des objets associés aux RFID.

Louis POUZIN
Eurolink et SFI

 

 

Google, une entreprise sans concurrents ?

Depuis quelques années, Google étonne, Google fascine, Google fait l’actualité et il n’est pas toujours évident de mettre en perspective les nombreuses initiatives du géant de Mountain View.

Le moteur de recherche et la régie publicitaire sont connus depuis longtemps, ce sont les activités historiques de l’entreprise. Depuis Google a lancé des services en ligne (Gmail, Google Docs, voire Google Wave). Puis, très récemment Google a annoncé trois initiatives qui, prises individuellement, pourraient surprendre :  un protocole de communication applicatif, le SPDY (prononcer “speedy”, c’est à dire “rapide”) dont l’objectif est de compléter le protocole HTTP (le protocole du web), un langage de programmation , le Go (actuellement disponible sous Linux et MacOS X... l’absence de Windows est-elle un signe des temps ?) et deux systèmes d’exploitation : Chrome OS pour les ordinateurs portables et Androïd pour les téléphones mobiles.

Naturellement, dans la droite ligne des batailles homériques de l'histoire de l'informatique (Microsoft contre IBM, Apple contre Microsoft, Informix contre Oracle, etc. ), nombreux sont ceux qui se demandent si Google est le nouvel "anti-Microsoft" ou le nouvel “anti AT&T” ou le nouvel “anti-quelque chose”... de nombreux secteurs se sentent menacés par cette entreprise toute puissante et sont tentés d’y voir un concurrent.

Présenter les choses de la sorte a le mérite de la simplicité mais il n'en est rien car Google n’a pas encore trouvé d'ennemi ou de concurrent. Google semble chercher à se créer un “océan bleu”, c’est-à-dire un territoire vierge, qui lui permettrait de proposer à ses utilisateurs une sorte d’espace de services d'un genre nouveau, situé quelque part entre les matériels, les réseaux et les logiciels.

La bataille n'est pas contre les systèmes d’exploitation des ordinateurs ou des téléphones mobiles (Linux, MacOS X, Symbian et tant d’autres) : Google fait tout pour que ses services et ses applications fonctionnent sur le plus grand nombre de plates-formes. Alors que Microsoft s’est appuyé sur la protection et les formats propriétaires, Google, au contraire, mise sur l’ouverture et le respect des normes pour atteindre un objectif sensiblement différent : ne pas imposer de solution technique mais proposer des services flexibles et accessible à tous de partout. 

La bataille est un peu contre les opérateurs de réseaux (fixes et mobiles) : alors que ceux-ci cherchent à lutter contre la “commodisation” (et donc la spirale infernale de la course au moins cher)  par la création de services adhérents aux réseaux, Google n'a de cesse que de créer un "middleware" entre les machines et les utilisateurs et de le rendre indépendant des réseaux. D'ailleurs, Google a déjà gagné cette bataille du middleware dans l'audience : le moteur de recherche n'étant rien d'autre qu'un intermédiaire maintenant devenu indispensable (voire hégémonique), entre les utilisateurs et les contenus.

Dans quelques temps, la bataille pourrait bien être contre les industriels du jeu video : Google pourrait fort bien proposer une console de jeu (ou un système d’exploitation à installer sur des consoles existantes) permettant d’accéder à des services et des jeux qui, en ligne, ne manqueraient certainement pas d’être gratuits et financés par la publicité (et encore une industrie “captive” qui verrait s’échapper ainsi un juteux cercle vertueux ! )

Finalement, Google est sans doute  le premier “opérateur de relations” inter-individuelles. Google voit l’internet non pas comme un réseau mais comme un espace multi-dimensionnel qu’il essaye de mesurer à l’aune de services qui n’exprimeront toute leur puissance que s’ils sont disponibles partout et pour tous. 

Francois Druel
http://www.francoisdruel.fr

 

Atelier ToIP: l'IMS

Le passage de la téléphonie en tout IP dans les réseaux mobiles et dans les réseaux fixes va induire une évolution de l'architecture de ces réseaux avec, en son coeur, l'IMS. L'Atelier ToIP envisage de vous proposer une conférence au printemps sur le thème de l'IMS: êtes-vous intéressé , voulez-vous y contribuer ? A vous de nous le dire.

Mais c'est quoi l'IMS ? Laissons la parole à un expert, Michel Dana:

L’IMS, une révolution technologique ?

L’architecture IMS (pour IP Multimedia Subsystem) a été initialement conçue au sein du 3GPP pour permettre aux opérateurs mobiles de fournir des services data IP de manière uniforme, contrôlée et avec un engagement de Qualité. Les promoteurs de cette norme avaient à l’esprit le monde futur des télécommunications avec des réseaux tout IP et les besoins de gérer la continuité de service, l’interopérabilité et la gestion de qualité de service sur ces réseaux IP. Cette architecture IMS qui séparait clairement le réseau d’accès, la commutation, et les services a eu un grand succès auprès de la profession, et ce modèle est désormais repris et adapté par l’ensemble des groupes de normalisation, en particulier Tispan, et peut être appliqué à tous les types de réseaux d’accès, du moment qu’ils proposent une compatibilité IP, en particulier les réseaux fixes (DSL, fibre ou câble) sont de bonnes cibles pour implanter ces normes.

Quelle est en effet la promesse de l’IMS? Tout simplement de permettre de contrôler depuis le cœur du réseau l’ensemble des services qu’un abonné utilise à un moment donné, et de pouvoir gérer leurs interactions. Ainsi, la littérature regorge d’exemples de geeks amateurs de football, qui en retard le soir commencent à visionner les meilleurs moments des matchs sur leur mobile tout en chattant avec leurs amis (espérons qu’ils ne conduisent pas en même temps), et qui arrivés chez eux commutent leur session sur leur grand écran pour voir la suite du match en HD sans rien perdre de leur historique de conversation. (L’exemple fonctionne aussi avec le rugby, ou n’importe quelle émission de téléréalité).
L’IMS prend donc tout son intérêt en terme de service innovant aux conditions que l’utilisateur soit équipés de plusieurs terminaux (et de préférence chez le même opérateur), et qu’il est intéressé par des services plus riches que la téléphonie classique.

Au delà de la promesse, où en est-on? Et cette promesse a t’elle des chances d’être tenue face à d’autres promesses, comme celle des acteurs de l’Internet par exemple?
Aujourd’hui, les acteurs les plus actifs dans la mise en place des architectures IMS sont évidemment les opérateurs mobiles, mus par la volonté d’enrichir le service de voix et de SMS, pour qui l’enjeu est que la data mobile ne soit pas une simple commodité d’accès à Internet et d’autre part les opérateurs fixes qui préparent les architectures technologiques de demain à base d’IP, qui se substitueront aux technologies circuit du RTCP (réseau téléphonique commuté public). En France, on devrait voir en 2010 une expérimentation commune aux trois opérateurs mobiles du service RCS (Rich Communication Suite), les opérateurs s’étant enfin rendu compte que malgré tous leurs efforts, les communautés ne sont jamais entièrement chez le même opérateur, et qu’il est donc inutile d’espérer percer avec des services communautaires réservés à leur seuls abonnés.
Du côté des services fixes, France Télécom Télécom a déjà déployé la technologie IMS en Espagne pour le service de téléphonie sur IP. Le groupe étudie par ailleurs la possibilité de remplacer son réseau historique synchrone par une architecture IMS. En effet, ayant été un des premiers opérateurs à numériser totalement son réseau voix, l’opérateur historique se trouve face à un problème d’obsolescence des équipements mis en œuvre.
Ainsi, la prochaine génération de service téléphonique en IP, que ce soit du coté du grand public ou des services aux entreprises sont ou seront réalisés sur des architectures IMS. Au cours des années précédentes, le groupe a lancé plusieurs RFP (Request for Proposal : appel d’offre) pour des équipements IMS cœur de réseau et plateformes de service. Les réponses à ces RFP ont confirmé que, du fait de la finalisation récente de la norme, l’interopérabilité entre éléments de différents équipementiers est encore perfectible, et que dans l’état de l’art actuel, il reste complexe de mélanger dans un cœur IMS des équipements provenant de différents fournisseurs. Les mois et années à venir seront mis à profit pour améliorer ces interopérabilités afin d’aboutir à une situation proche de celle des réseaux mobiles où il est commun de mixer des équipements de différents fournisseurs.
L’IMS est une intéressante solution technique pour la gestion des services de voix et de voix évoluée dans les réseaux tout IP. Mais, interrogeons nous sur la chance que peut avoir IMS d’être autre chose qu’une infrastructure technique de réseau pour devenir une plate forme majeure capable d’accueillir des services innovants.
Tout d’abord, une architecture comme celle ci ne peut réussir que s’il existe des terminaux capables de s’y connecter... La question se pose principalement pour les mobiles et, si aujourd’hui le marché des terminaux 3G compatible IMS est quasi inexistant, des initiatives comme celle de la GMSA devraient permettre de voir arriver rapidement des terminaux IMS/RCS fonctionnant sur les différents réseaux des opérateurs mobiles.
Ensuite, le développement de l’IMS dans les mobiles et dans le fixe ne conduira pas immédiatement au développement de services convergents fixe/mobile. En effet, la convergence entre le fixe et le mobile, ou entre les media et les services risque d’être handicapée par la politique de régulation actuelle qui essaie d'empêcher systématiquement les opérateurs importants sur leurs marchés de faire des offres couplées. Ce genre de service ne serait donc possible, sauf changement dans la régulation, que chez un opérateur faible sur le marché, ce qui exclut de fait l’opérateur historique.
Pour conclure, le pari de l’MS dans les réseaux de télécommunication pour le transport des services de voix et des services multimédias parait aujourd’hui gagné, au vu des développements des industriels, des efforts mis pour la fiabilisation et l’interopérabilité des équipements, de la performance technique des premiers déploiements. Il faut donc maintenant réussir le pari de l’IMS comme architecture de services, utilisée pour la conception et le déploiement de services innovants. C’est un des challenges actuels de l’industrie des télécommunications. La voie est étroite entre le monde des services internet et sa formidable capacité d’innovation, et la volonté des fabricants de smartphones à ramener le maximum de l’intelligence localement dans leurs terminaux.

Michel Dana
Urbaniste service multimedia
Orange Business Services

 

 

Innovation parmi les acteurs de l'offre en télécommunications

Cet article porte sur les 924 opérateurs déclarés à l'ARCEP et sur les nombreux acteurs de l'offre en télécommunications que l'on peut regrouper sous l'apelation de start-up innovantes.

Parmi ces opérateurs inscrits, sans doute un nombre assez faible peut être considéré comme de "vrais" opérateurs avec des clients du grand public ou des entreprise.
D'après notre expérience au sein de Forum Atena, les opérateurs de petite ou de moyenne taille sont obligés d'être innovants pour les solutions à mettre en œuvre pour assurer leur rentabilité et permettre leur croissance.

Cela concerne en particulier les solutions techniques qu'ils mettent en œuvre dans leur réseau, pour l'offre à leur clients et leurs interconnexion avec les autres opérateurs. En ce qui concerne les logiciels, les solutions à base de logiciel libre sont déjà privilégiées par certains. Ils permettent de profiter de la communauté en R&D propre aux principes du logiciel libre. Les solutions sont moins chères. Elle ne sont en rien comparables aux relations entre grands opérateurs et grands équipementiers qui continuent à structurer le champ des télécommunications.

On voit apparaître des solutions à base de logiciel libre qui couvrent progressivement tout le champ des télécommunications:

  • projets de "IMS light" en logiciel libre à destination des opérateurs de moindre taille qui ne pourront se permettre d'acheter , de déployer et de maintenir des solutions offertes par les grands équipementiers,
  • consolidation de la communauté Asterisk, plate-forme de l'IPBX pour de nombreux types d'implémentation,
  • déclaration de Skype sur la mise en logiciel libre de ces logiciels ;

il est vraisemblable que cela facilitera des solutions innovantes à destination des clients entreprises, interopérant avec l'informatique existante, d'autant plus facilement lorsqu'elle est élaborée à partir de composants du libre. Les relations entre entreprises clientes, intégrateurs et opérateurs s'en trouveront certainement affectées.

Forum Atena suivra ces évolutions avec attention.

Yvon Rastetter

 

Forum ATENA est partenaire de la  prochaine conférence Web, en direct sur Internet

 

Jeudi 10 décembre à 11h00. Durée: 50 mn

Cette conférence a été préparée en collaboration avec une équipe de journalistes de Silicon.fr et ITespresso.fr.

Le thème : Windows - Open Source Linux : Comment se concrétise l'interopérabilité Microsoft – Novell ?

En novembre 2006, Microsoft et Novell ont signé un accord étroit de collaboration technologique, visant à rendre interopérables des applications Windows et Linux. 

Microsoft revend et valide désormais des certificats SUSE Linux Enterprise Server.
Les contrats de support technique sont-ils extensibles aux solutions RedHat. Et côté supervision, une console unique peut-elle désormais gérer des
serveurs Microsoft Windows et SUSE Linux Enterprise (que les systèmes soient physiques et/ou virtuels).

Cette conférence web passe en revue des questions clés telles que : 

  • Comment co-gérer des plates-formes croisées entre Linux Management Pack (Novell) et Windows Hyper-V System Center Operations Manager ?
  • Comment sécuriser juridiquement les licences respectives de Microsoft et de Novell ?
  • Comment assurer un support "tout en un" en lien l'intégration de ces plates-formes ? 

Durée : 50 mn

Cette session interactive, en direct, permettra de constater les avancées et les points de discussion entre ces deux univers contraints aujourd'hui d'inter-opérer (cf. SilverLight, Moon...).  Parmi les intervenants figurent notamment un dirigeant de la société de conseil Solucom, le directeur de la stratégie 'Intéropérabilité' de Microsoft France, le responsable technique Open source de Novell  et le témoignage de La Poste suisse.

Débat :  posez vos questions
La conférence sera ponctuée par un débat. Il prendra en compte les questions, observations ou commentaires envoyés avant et pendant l'émission en direct.
C'est pourquoi, nous vous invitons à poser vos questions ou remarques sur le sujet au moment de vous inscrire gratuitement dès à présent : vos observations, interrogations seront prises en compte et nous aiderons à mieux orienter les interventions et le débat. 

 

J+7, Eurocloud remporte un grand succès auprès des acteurs européens du SaaS et du Cloud computing !

Le Cloud est en train de produire, progressivement, un re-engineering complet de l’industrie IT, en remplaçant progressivement les acteurs anciens par de nouveaux, comme cela s'est produit avec la Voix sur IP dans les télécommunications, et personne ne mesure complètement encore les changements qui sont en cours et leurs effets sur les stratégies des acteurs, parfois sur leur existence même.

Le développement du Cloud computing est devenu par construction une affaire mondiale, et pour intervenir sur cette scène, une démarche européenne s'impose, qu’il s’agisse pour les acteurs européens, français, de développer leur activité et construire leur croissance ou pour tisser au sein de l’écosystème des partenariats technologiques et applicatifs qui constitueront un facteur stratégique de succès. C’est parce que le Cloud est par construction mondial, que les acteurs européens ont besoin d’un outil de géostratégie mondial, et qu’il nous faut  une politique européenne à discuter avec le Commission. C'est la raison pour laquelle après avoir fondé l'ASP Forum, et fort d'une expérience de dix années, j'ai souhaité doter l'Europe d'un outil permettant d'adresser ces enjeux et que j'ai construit la vision eurocloud. Celle-ci fut présentée la première fois le 4 juin à l'Aéroclub de France, pour un lancement quatre mois plus tard, le 20 octobre 2009, au plan européen, le pari était audacieux et naturellement risqué...

Une seule semaine après son lancement, l’initiative eurocloud est déjà un grand succès et poursuit un développement rapide. Mais plus précisément, qu’en est-il? Eurocloud est aujourd’hui présent en Suède, Finlande, Danemark, Irlande, UK, France, Luxembourg, Espagne, Portugal, Belgique, Hollande et des discussions sont en cours avec 11 autres pays, dont l’Allemagne, la Pologne, l’Italie et l’Ukraine. Plus de 150 sociétés européennes en provenance de 20 pays européens ont répondu en une semaine à l’appel lancé en faveur du réseau eurocloud et des communautés de l’ordre de 40 à 50 sociétés sont déjà en formation dans des pays comme UK et l’Espagne. Par ailleurs, près d’une quarantaine de sociétés leaders, Européennes et Américaines se sont engagées à soutenir au plan européen le projet eurocloud. Enfin, des organisations internationales, notamment américaines, ont déjà sollicité eurocloud pour développer des partenariats, signe de l’attractivité internationale de l’initiative qui vient d’être posé sur la table.

Un bilan européen du lancement d'eurocloud et de ses objectifs sera fait à l'occasion d'un cocktail à 19h, le jeudi 3 décembre 2009, au 1er étage du Café du Pont Neuf, 14 quai du Louvre, 75001 Paris.

Pierre-José Billotte
Président d’eurocloud France
Eurocloud General Coordinator
www.eurocloud.org
www.eurocloud.fr

 

Rencontres Internationales du Numérique 

Forum ATENA soutien la deuxième édition des Rencontres Internationales du Numérique, organisé par UBIFRANCE qui se tiendra les 17 et 18 décembre 2009 dans les locaux d'UBI-FRANCE [77 bd Saint Jacques - 75014 PARIS] 

L'IE Club (le club des acteurs de la High Tech Economie en Ile de France) s'est associé à UBI-FRANCE pour la 7eédition des Trophées "Leaders de la High Tech-Economie, réussir à l'international"qui inclut cette année le « Prix UBIFRANCE ». 

  • Les "Deuxièmes Rencontres Internationales du Numérique : toutes les clés pour vous ouvrir les portes du marché mondial des TIC"couvriront cette année les quatre continents. Une vingtaine de spécialistes TIC des Missions Economiques (Etats-Unis, Canada, Brésil, Singapour, Chine, Russie, Royaume-Uni, Italie, et bien d'autres...) seront réunis au siège d'UBIFRANCE à Paris pour aider et orienter les entreprises françaises dans leurs stratégies de développement international. 

Pour toute information et inscription, contactez Eliane Ramamonjisoa, Chef du projet : Tél. : 01 40 73 34 86 - Fax : 01 40 73 31 38  Eliane.Ramamonjisoa@ubifrance.fr

Source : UBIFRANCE-DO-TIC

 

Solutions collaboratives et développement durable

Le site LeMagIT.fr en partenariat avec Aastra, membre de Forum ATENA, et un des leaders mondiaux de la convergence IP, souhaite recueillir votre avis et vos opinions sur le déploiement de solutions collaboratives liées aux enjeux du développement durable dans votre entreprise. 

Au terme de ce court sondage d’une quinzaine de questions, il vous sera proposé de recevoir les résultats de l’étude qui seront édités par le site www.notezIT.fr.

Pour répondre aux questions, cliquez ici.

En vous remerciant pour votre participation, 

La rédaction du site LeMagIT.fr

 

Petits mouvements d'humeur ...

BRAVOOO !!!
C'est sans doute l'esprit d'ouverture qui préside à la demande du Bloc (Bureau de liaison des organisations du cinéma) d'une obligation de «must carry» pour les FAI vis-à-vis des offres légales de VOD. Le but serait de donner le droit à toutes les plateformes de VOD à l’acte payante d’être distribuées – si elles le souhaitent – par tous les opérateurs de l’ADSL et du câble, les box seraient ainsi ouvertes au libre choix des abonnés eux-mêmes, l'interopérabilité si chère aux télécoms et au monde de l'Internet serait réaffirmé.

Hoouuu !!!
La Fédération des éditeurs européens (FEE) qui face à la décision de Google de ne pas numériser d'ouvrages non anglo–saxons se serait exprimé en ces termes : « Nous apprécions l'intention d'exclure les livres qui ne sont pas anglo-saxons, même si nous avons besoin de mieux analyser les implications de cette exclusion et les effets pratiques de la définition adoptée. » ... On avance, on avance, nous irons loin, très loin, ...

Agenda

Date et Lieu Evénement Pour en savoir plus
1er décembre
Issy les Moulineaux

GS Days, journées francophones de la sécurité
de Global Security Mag

Inscrivez-vous

7 décembre
Telecom ParisTech

Gouvernance des projets open source et licences logicielles

Inscrivez-vous

10 décembre
en direct sur internet

Conférence Web, en direct sur Internet
Cette conférence a été préparée en collaboration avec une équipe de journalistes de Silicon.fr et ITespresso.fr.

Inscrivez-vous

17 et 18 décembre
UbiFrance, Paris 14°

Rencontres Internationales du Numérique
organisé par UBI_FRANCE

Inscrivez-vous

21 janvier 2010
Toit de la Grande Arche
Paris La Défense
Quel futur pour l'internet ?
Par l'atelier Sécurité de Forum Atena

Inscrivez-vous